Rechercher
  • Les Rama à Mada

#3 - L'école de Besely et nos missions initiales auprès d'Écoles du Monde

Mis à jour : 1 oct. 2020

Cher tous,


Voici déjà 6 mois que nous sommes à Madagascar ; le temps file et nous n’avons pas encore pris le temps de vous détailler nos missions auprès d’Écoles du Monde et les particularités du site principal sur lequel nous travaillons (ou plutôt sur lequel nous travaillions, nous y reviendrons !), l’école de Besely.

C’est le moment de nous rattraper !

***


Le site de Besely


Comme nous l’évoquions dans notre deuxième newsletter, l’ONG Écoles du Monde s’est attachée à sédentariser les populations de brousse en ruralité à travers le développement de 15 sites dans la région de Majunga.


Le 14ème site a été inauguré en 2014 dans le village de Besely, à 40 kilomètres à l’Est de la ville de Majunga. Ce village en bordure de la RN4, la route nationale reliant Tana - la capitale - à Majunga, comptait alors 700 habitants, répartis entre 4 secteurs ; chaque secteur étant éloigné de l’autre d’environ 2 kilomètres.

Voici quelques photos du village pour vous donner un aperçu de la vie des Malgaches qui vivent en brousse.


Selon le modèle choisi par l’ONG, c’est en réponse à une demande des habitants eux-mêmes qu’Écoles du Monde a décidé d’y construire un site. En effet, il y existait déjà une école communautaire, qui se résumait à une case en terre, recouverte d’un toit en satrana (un type de palmiers malgaches). Voici une photo de l'époque :




La nouvelle école primaire ouvre donc fin 2014 avec 85 enfants du CP au CM2 et 5 instituteurs. Deux ans plus tard, en 2016, la maternelle ouvre ses portes avec 40 élèves supplémentaires.


Aujourd’hui le site de Besely accueille près de 200 élèves et comprend un grand nombre d’infrastructures répondant aux différentes missions que s’est fixée Écoles du Monde :

  • Education & formation :

L’école compte aujourd’hui 8 salles de classes accueillant les enfants de la maternelle au CM2, ainsi qu’un bureau du directeur, une bibliothèque et même un observatoire d’astronomie.

L’éducation et la formation étant le cœur d’action de l’ONG, c’est évidemment dans ces salles de classe que nous passons le plus clair de notre temps !



Un observatoire d'astronomie? Et oui, le ciel de Besely est si dégagé qu'il offre une vue imprenable sur les étoiles, la preuve en images!





  • Eau, assainissement et hygiène :

Le site abrite 5 puits munis de pompes solaires, 2 châteaux d’eau, 2 blocs sanitaires avec latrines et douches, et de multiples points d’accès à l’eau.

En dehors du site lui-même, l’ONG s’est attachée à également doter les différents secteurs du village d’infrastructures permettant un accès à l’eau et la mise en place des règles élémentaires d’hygiène.



  • Santé :

Pour permettre un accès aux soins, le site abrite une infirmerie avec un stock de médicaments géré par un infirmier à temps plein. L’ensemble des villageois peut venir y consulter en cas de besoin, ce qui permet de pouvoir traiter les petites urgences du quotidien, le premier dispensaire étant à plus de 30 kilomètres du village - ce qui représente un déplacement conséquent pour des populations non motorisées.




Pour assurer une alimentation de qualité aux enfants de l’école, il existe une cantine avec une cuisine équipée de tout le matériel nécessaire : plaques, fours, et même des réfrigérateurs et des congélateurs. Si cela peut sembler une évidence pour la plupart d’entre vous, cela fait en réalité figure d’exception ici ! L’immense majorité des villages de brousse n’ayant pas accès à l’électricité, la conservation des aliments par le froid n’est simplement pas possible, et une grande partie de la journée d’une femme malgache est dédiée à la préparation des différents repas.


De manière générale, le travail de l’ONG sur la nutrition est capital pour éviter les carences et permettre aux enfants de grandir et d’apprendre dans de saines conditions. En effet, une mauvaise alimentation a un impact permanent sur la croissance physique et le développement intellectuel des enfants.

Selon les statistiques, la taille de nombreux enfants malgaches est très largement au-dessous de la moyenne, ce qui est révélateur d’un retard de croissance. Celui-ci s’accompagne souvent de difficultés de développement et de déficiences cognitives irréversibles qui entraîneront des difficultés de scolarité chez l’enfant et limiteront à terme ses perspectives d’emploi.

L’OMS estime qu’à l’échelle mondiale, plus de 160 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance. La situation à Madagascar est l’une des plus critiques au monde, car ce problème touche 50 % des enfants de moins de cinq ans.



  • Protection de l’environnement :

Le site de Besely est situé dans une région particulièrement sèche et déforestée. Il y a 6 ans, le terrain était entièrement nu de végétation : aujourd’hui, il fait déjà figure d’oasis avec ses arbres de diverses essences, même si le manque d’eau reste un problème comme dans le reste de la région.


La plantation d’arbres fruitiers et la création d’un grand potager permet de fournir des fruits et légumes à la cantine : papayes, bananes, aubergines, brèdes, tomates… Ces jardins pédagogiques permettent également de donner aux élèves des cours d’agronomie. L’immense majorité des parents d’élèves étant cultivateurs, leurs enfants reviennent souvent à la maison avec de nouvelles manières de faire pour améliorer les rendements. Et pour ceux qui deviendront cultivateurs à leur tour, cela leur permet d’apprendre les bases d’une agriculture rentable et respectueuse de l’environnement.

Cette année se prépare également un nouveau projet: un jardin de plantes médicinales. Madagascar en est extrêmement riche et Écoles du Monde cherche ainsi à conserver les savoirs traditionnels malgaches!



A quelques kilomètres du site principal, l’ONG a également acquis un terrain de plusieurs hectares sur lequel se prépare un grand projet de reboisement.

L’objectif est de replanter 1 million d’arbres en 5 ans, en mélangeant différentes essences afin de recréer un véritable écosystème forestier. Dans un pays où la disparition rapide des forêts conduit à une érosion terrifiante et à la désertification de régions entières, réussir à augmenter la couverture forestière notamment auprès des zones sensibles à l’érosion semble une nécessité pour l’avenir de la population. Nous vous parlerons de tous ces sujets environnementaux dans une prochaine newsletter.


***


Pour loger l’ensemble de l’équipe, le site abrite également 14 logements pour les instituteurs et leurs enfants, le directeur, l’infirmier et la famille du gardien, ainsi que 3 maisons d’hôtes pour les volontaires ou autres personnes de passages.

C’est dans l’une de ces jolies maisons d’hôtes que nous habitons 5 jours par semaine. Et on doit vous avouer qu’on y est très bien ! Un petit aperçu :



Le site fonctionne énergétiquement grâce à une ferme solaire offerte par la Fondation EDF en 2018.


Il est également connecté à la fibre depuis 2 mois grâce à sa proximité avec la route nationale et une aide de la Fondation Telma, l’un des principaux opérateurs téléphoniques du pays. Cela va nous permettre de développer un nouveau projet sur lequel nous travaillons : la mise en place de cours par Skype, avec le soutien de professeurs retraités en France qui souhaitent participer à la grande aventure d’Écoles du Monde.




Et chaque année, le site s’étend.


Cette année est une étape particulière : Écoles du Monde est actuellement en train de construire un collège qui ouvrira ses portes à la rentrée prochaine en octobre 2020.

Cette ouverture représente une réelle avancée pour l’ONG et les enfants de Besely. Jusqu’à présent, Écoles du Monde pouvait uniquement prendre en charge les meilleurs élèves après l’école primaire en les envoyant étudier dans la ville de Majunga. Les frais de scolarité, d’hébergement et de santé représentaient un budget trop important pour élargir le projet à l’ensemble des élèves.


A partir de la rentrée prochaine, nous pourrons donc accueillir pour la première fois tous nos élèves de CM2 en classe de 6ème. Puis, chaque année, une classe supérieure ouvrira, jusqu’à la 3ème. La suite logique étant évidemment d’ouvrir un lycée dans 4 ans, afin de pouvoir continuer à accompagner nos élèves dans leur scolarité. Nous espérons que ce prochain projet pourra être réalisé dans les temps.

Affaire à suivre !






En plus du travail sur site, Écoles du Monde travaille avec les villageois pour le développement économique des villages alentour. Nous le disions dans la dernière newsletter, l’un des principaux objectifs de l’ONG est d’aider les populations rurales à atteindre une autonomie financière grâce au développement économique local.

Elle offre ainsi aux villageois un accompagnement afin de mettre en place une activité économique pérenne.


***



Rappel :


Quels sont les 5 piliers d’action d’Écoles du Monde ?


1. L’éducation et la formation :

2. L’eau, l’assainissement et l’hygiène

3. La santé

4. Le développement économique via l’agriculture, l’élevage et l’artisanat

5. La protection de l’environnement



***



Si cette 14ème école d’Écoles du Monde devait à l’origine être un site comme les autres, sa proximité avec la ville et l’évolution de l’ONG ces dernières années l’ont transformée en véritable « site pilote ». L’idée étant de créer non seulement une école d’excellence en brousse, mais aussi de développer un véritable lieu de vie et d’activités économiques pour l’ensemble des villageois.


Voici un aperçu de Besely aujourd’hui, on est bien loin de la petite maison en terre qui existait il y a 6 ans:




C’est donc au sein de ce magnifique site que nous vivons 5 jours par semaine.


Nous insistons sur l’importance de la beauté esthétique de ce lieu de vie ; beauté qui a pu être reprochée à Écoles du Monde dans le passé. « C’est bien trop beau pour des enfants de brousse », « Mais quel intérêt à dépenser autant d’énergie sur la conception de l’école ? », « Il suffirait de mettre 4 murs et un toit » sont des phrases que nous avons malheureusement pu entendre régulièrement.

Et ce sont des phrases qui nous choquent car elles remettent en cause la dignité même que nous accordons à des existences qui ne sont pas les nôtres. Pourquoi un enfant de brousse n’aurait-il pas le droit d’évoluer dans un cadre beau et soigné ?

Au contraire, habituer les élèves dès leur plus jeune enfance à la beauté, au soin de la nature et des infrastructures, à l’art sous toutes ses formes, nous paraît comme essentiel.


D’ailleurs, l’art et la créativité sont un pan significatif de notre travail à Besely. En travaillant le sens artistique des enfants dès leur plus jeune âge, nous éveillons leur curiosité, leur capacité à explorer le monde et à vouloir le modifier pour le mieux.





***


Nos missions (initiales) auprès d’Ecoles de Monde

Maintenant que le décor est planté, nous pouvons enfin vous expliquer notre rôle au sein de cette ONG (mieux vaut tard que jamais !!). En effet, l’essentiel de nos missions concerne le site de Besely et est d’ordre pédagogique, avec 3 priorités :


- La pédagogie générale :


A Madagascar, la notion même de pédagogie, en tant que science de l’enseignement ou art de transmettre une compétence, est relativement étrangère. On constate ainsi un manque global de réflexion sur le matériel et les méthodes pédagogiques, qui semblent tout à fait désuets. L’enseignement à Madagascar est ainsi très proche de celui qui a pu exister en Europe il y a quelques décennies : cours magistraux avec une absence totale d’adaptation au niveau ou à la curiosité des enfants, participation limitée voire inexistante des élèves, rigidité et relation strictement hiérarchique entre le maître et sa classe…


Ce manque de pédagogie trouve essentiellement son origine dans une carence en moyens alloués à l’éducation dans le pays. Ainsi, peu de professeurs ont pu suivre une formation à l’enseignement et l’immense majorité d’entre eux est très peu payée, ce qui les pousse à prioriser d’autres activités annexes. Le taux d’absentéisme chez les professeurs malgaches est ainsi incroyablement élevé : on estime qu’à tout moment, 30% des enseignants sont absents des salles de classe.

Le manque de moyens se constate également dans les supports pédagogiques disponibles : trouver des manuels de qualité, adaptés au développement d’un enfant est déjà très difficile. Quant à trouver du matériel d’apprentissage, c’est mission impossible !


Écoles du Monde, dans ses différentes écoles, recherche ainsi à encourager la réflexion pédagogique afin d’offrir aux enfants un enseignement de qualité. L’une de nos missions principales concerne donc ce sujet au sein de l’école de Besely.



Lors de notre arrivée à Madagascar, nous avons ainsi consacré notre premier mois à une participation ‘observante’ à la vie et à la scolarité de Besely. L’objectif était non seulement de nous familiariser avec le lieu, les professeurs, les équipes de terrain et les enfants, mais aussi de faire un « rapport d’étonnement » sur les méthodes utilisées qui servirait de base à notre intervention auprès des professeurs et des enfants.

Nous avons ainsi passé plusieurs semaines dans les classes et les couloirs, à écouter, à poser des questions, à nous rendre disponibles. C’est naturellement que les professeurs sont petit à petit venus nous présenter leurs difficultés, leurs doutes, les aspects sur lesquels ils souhaitaient de l’aide.



En parallèle de cet échange avec les professeurs et les élèves, nous avons entrepris un inventaire systématique des matériels didactiques utilisés dans les différentes classes pour pouvoir mettre un place un travail de fond sur la création de supports pédagogiques adaptés.




Après ce premier mois d’état des lieux, nous avons commencé à travailler plus concrètement avec les professeurs et les élèves, sur la base de ce que nous avions pu observer.

Pour les classes du CP au CM2, nous avons choisi de nous concentrer sur les deux matières essentielles : les mathématiques et le français.


Marc a donc entrepris de créer des manuels pédagogiques de mathématiques adaptés à la fois au programme scolaire malgache et au niveau des enfants, en utilisant des méthodes plus ludiques et intuitives.





Tiphaine, de son côté, s’est concentrée à retravailler l’ensemble des cours de français, en suivant le programme officiel malgache mais en variant les supports et les activités afin de rendre l’apprentissage plus attrayant et naturel.




Concernant les classes de maternelle, Tiphaine a entrepris un travail pédagogique de long terme avec les maîtresses ; l’idée étant de redéfinir les méthodes utilisées, ainsi que le programme et les emplois du temps, en s’inspirant essentiellement de la pédagogie Montessori.





- La formation des professeurs


Ce travail va évidemment de pair avec la formation des professeurs sur un nouveau type de pédagogie plus adaptée au développement des enfants. Le travail que nous entreprenons sur les programmes, les manuels, les méthodes et les supports d’apprentissage n’est utile que s’il est fait avec les professeurs.


- Les cours : au staff et aux enfants (français et rattrapage)


Nous avons fait le choix de donner assez peu de cours directement aux enfants, le but n’étant pas de remplacer les professeurs mais de les accompagner et de les former afin que le niveau général de l’école s’améliore de manière pérenne.

Ainsi, les seuls cours que nous donnons directement sont des cours de français, afin que les élèves puissent écouter un langage correct dans sa prononciation et sa structure. Nous participons également aux cours d’activités périscolaires, tous les samedis : cours d’échecs, sport, lecture à la bibliothèque…



Certains employés du site ont également sollicité notre aide pour progresser en français. Nous avions dont prévu de mettre en place des cours par niveau mais l’arrivée du coronavirus ne nous en a pas laissé le temps.




A côté de ce travail purement pédagogique, nous apportons également notre aide au directeur de l’école, Monsieur Aimé, sur le fonctionnement et la gestion de l’école et du site : création d’une base de données pour le suivi administratif, réflexion sur la gestion des ressources humaines, organisation de communications plus régulières, gestion des stocks, etc.

En dehors de toutes ces missions sur le site de Besely, nous continuons à aider l’ONG sur des sujets que nous traitions déjà depuis Paris. Il s’agit essentiellement de trouver des sources de financement pour l’ONG, faire de la communication, aider sur la gestion administrative, etc.


***


Notre emploi du temps initial s’articulait donc de la manière suivante : nous passions 5 jours par semaine à Besely, du mardi au samedi (et non du lundi au vendredi car les activités périscolaires ont lieu le samedi). En fonction des semaines, nous prenions un week-end décalé de 2 jours (dimanche et lundi) ou bien nous allions travailler au bureau de Majunga le lundi.


Vous vous en doutez, l’arrivée du Coronavirus a chamboulé cet emploi du temps. Après 1 mois et demi de mission sur le site, les écoles du pays ont fermé leurs portes, sur ordre du gouvernement.


Dans l’espoir d’un retour à la normale relativement rapide, nous sommes d’abord restés à Besely et avons profité de cette période sans enfant pour entreprendre un grand rangement et un grand nettoyage du site. Tout le monde a mis la main à la pâte, même le fondateur, Charles Gassot, qui était ravi de pouvoir mettre à contribution ses talents de peintre !




La construction de la nouvelle et spacieuse bibliothèque venant juste de s’achever, nous avons également passé quelques jours la tête dans les livres, au sens propre ! Au programme : tri, nettoyage et classement.




Rapidement, il a commencé à être clair que la situation risquait de durer. Nous avons donc décidé de rentrer en ville et nous nous sommes interrogés sur la meilleure façon de mettre ce temps « off » à profit.


C’est ainsi que nous avons mis en place un programme de formation des professeurs en imbrication avec notre travail de fond sur les supports et les méthodes pédagogiques. Si celui-ci devait durer à l’origine quelques semaines, il a finalement pris fin au moment des vacances scolaires, 3 mois plus tard !


Nous vous raconterons tout ça dans la prochaine newsletter,


A très vite !


Les Rama



Ps: Si vous avez des talents en pédagogie, en agronomie, en astronomie ou si vous avez d'autres talents cachés et une motivation à toute épreuve et que l'aventure d'Écoles du Monde vous attire, n'hésitez pas à nous écrire!!


338 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2019 by PERMA ALTER. Proudly created with Wix.com